Pour nous joindre, cliquez psyfr
Accueil

Pour nous contacter

L'Effet Boomerang

Nos thèmes scientifiques

Organes génitaux féminins

Notre but

La France et Dieu

Science et Foi

Aller sur notre blog

Lisez en musique

Autres thèmes spirituels

Toute vie naît de la connaissance

Sites amis

LA FRANCE ET DIEU

Suite du chapitre 6


Les Fruits de la Paix


3) Le Feu du troisième baptême


Il est bien évident que l'Esprit de Dieu ne peut se contenter de simples apparences, et veux nous ramener dans notre VRAIE personnalité, avec des ponts d’une nature identique à la sienne. C'est pourquoi il est si important de se laisser conduire par le souffle de son Esprit à vaincre les mauvaises images, en redevenant de coeur comme un petit enfant, qui se laisse guider par Dieu son Père. C'est alors que les ponts anciens de la chair meurent comme progressivement brûlés, et que des nouveaux de l'Esprit apparaissent, sans détruire notre propre personnalité.  

Les autres images, celles qui nous avaient plus déformés que formés, sont celles que nous voudrions perdre car elles nous créent parfois bien des difficultés, mais nous aurions alors l’impression de devoir vivre une autre vie que la nôtre. C’est parce que notre esprit identifie alors un comportement qu’il considère juste, à celui d’un esprit impur qui tel une montagne est un jour venu lui barré la route et créé cette part de souffrance et de douleur enfouie dans notre subconscient. Jésus nous a parlé de la montagne que représente pour nous cet esprit en (Marc 11-22/26) Ayez foi en Dieu. En vérité, je vous le dis, si quelqu'un dit à cette montagne : Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute pas en son cœur, mais croit que ce qu'il a dit arrive, cela lui sera accordé.

C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et cela vous sera accordé. Et lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père  qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes.

Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.//

Voyez comment, par bien peu de chose, il nous est possible de passer à côté de la bénédiction qu'est de nous départir de nos réactions anciennes. Par un petit manque de pardon, de la foi que nous aurions, et qui nous permettrait de dire à la montagne venue barrer la réelle vie que Dieu aurait voulu nous donner, ôte toi de là et laisse moi passer, nous nous privons et parcourons une vie sans joie, constituée de tant de peurs refoulées.

Comme nous le voyions déjà dans le chapitre " La chair, la guerre ", les méandres de notre âme charnelle se construisent, non pas par nos bonheurs, bien qu'ils fassent parti des désirs de survie que Dieu nous donne, mais par nos malheurs. Ce sont là les seules limites qu'est capable de construire en nous Satan dont la " cohabitation " actuelle avec Jésus, durera jusqu’au retour de celui-ci, date à laquelle se terminera le règne de Satan sur nous. Jusqu’à ce jour, nous sommes guidés par l’une ou l’autre de ces deux entités avec lesquels nous dialoguons spirituellement tout comme nous pouvons le faire avec nous-mêmes. Dieu nous en donna d’ailleurs l’image dès le jardin d'Eden (Genèse 3-1/5) Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?

La femme dit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas si non vous mourrez.

Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez pas du tout !

Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux qui connaissent le bien et le mal.//

Ce texte est peut-être beaucoup moins imagé que certains ne s'imaginent. Il fait bien ressortir le dialogue qui peut s'établir entre Satan et nous. Nous aurions d'ailleurs pu prendre un autre tout aussi connu, qu'est la recherche de Satan à faire tomber Jésus en tentation. Sans le savoir, nous entrons bien plus fréquemment en dialogue avec lui que nous l'imaginons, ne serait-ce que par la tentation à la désobéissance. Dans nos pensées, nous dialoguons alors directement ou indirectement avec lui ou ses anges déchus que sont les démons, appelés aussi esprits impurs (identiques à ceux de notre psychologie charnelle). Il ne s'agit bien entendu pas de spiritisme ou autres " sciences " démoniaques, qui amènent directement à un dialogue volontaire avec Satan. Regardons cependant, ce que Jésus dit aux disciples en rapport avec l'autorité que nous avons sur les démons (Luc 10-17/20) Les soixante-dix revinrent avec joie et dirent : Seigneur, les démons même nous sont soumis en ton nom.

Il leur dit : Je voyais Satan tombé du ciel comme un éclair. Voici : je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toutes les puissances de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire.

Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux.//

Dieu veut des hommes faits, des hommes qui soient plus attachés volontairement à l'équilibre de Dieu qu'à la démonstration surnaturelle de quelque œuvre que ce soit.

Nous devons voir en cela, que le témoignage de la Gloire de Dieu se trouve être davantage dans la libération de l'âme à pouvoir faire la volonté de Dieu, qu'en sa démonstration surnaturelle extérieure. Jésus désire premièrement que chacun se réjouisse de ce que son nom est inscrit dans le livre de vie, mais aussi que ceux dont le nom est inscrit y demeurent par un renouvellement progressif dans son Esprit. Passé un certain temps après le baptême du Saint-Esprit donné par le Vigneron Jésus, Dieu vient et demande donc des comptes (Luc 13-6/9) Il dit aussi cette parabole: Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint pour y chercher du fruit, et il n’en trouva point.

Alors il dit au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Coupe-le: pourquoi occupe-t-il la terre inutilement?

Le vigneron lui répondit: Seigneur, laisse-le encore cette année; je creuserai tout autour, et j’y mettrai du fumier.

Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit; sinon, tu le couperas.//

Ce renouvellement ne se fait effectivement pas sans une participation active de la personne, et l’habit de soldat dont Christ nous revêt lors de notre Baptême du Saint-Esprit n’est pas un habit de parade, mais bien un habit d’autorité contre les esprits impurs de notre chair. Si cet armement de l’Esprit et la connaissance de sa parole ne nous conduit donc pas à mener un jour le bon combat de l’Esprit contre nos propres esprits charnels, il ne sert qu’à nous rendre encore plus répréhensible que celui qui n’a rien reçu. C’est pourquoi Dieu veut nous conduire au baptême de Feu, car dès ce premier combat mené selon les règles, donc la première victoire, le résultat nous apparaît tellement phénoménal, qu’il devient une dynamique qui fait grandir notre foi, par augmentation de la présence de Dieu en nous. C’est alors qu’il met ses lois dans nos cœurs, et qu’il les écrit dans notre esprit comme il l’a promis.

Début du chapitre

Cet ouvrage ne peut faire l'objet d'aucun commerce. Il est offert à titre gracieux et informateur pour toute adhésion à l'Association CHRÉTIENS DE L'ESPOIR, 2 Impasse Saint Jean, 26110 VINSOBRES - France.

Tél. (+33) 9 54 70 57 37 - Fax. (+33) 9 59 70 57 37 - chretiensdelespoir@free.fr - Siret N° 444 684 427 00016

Accueil du livre Suite du chapitre
Haut Suite du chapitre