Pour nous joindre, cliquez psyfr
Accueil

Pour nous contacter

L'Effet Boomerang

Nos thèmes scientifiques

Organes génitaux féminins

Notre but

La France et Dieu

Science et Foi

Aller sur notre blog

Lisez en musique

Autres thèmes spirituels

Toute vie naît de la connaissance

Sites amis

LA FRANCE ET DIEU

Suite du chapitre 8


Le Chemin des nations


3) Lettre de «  France à Isaac »



Je suis heureuse de pouvoir t'adresser ce courrier, pour te dire combien je t'aime, même si au temps de ma jeunesse, je suis parfois allée te faire la guerre. Je suis véritablement repentante de ces bévues de mes premières années que je considérais glorieuses, lorsque, en ces temps que j'appelle encore " croisades ", je suis allée te faire la guerre, sous le prétexte fallacieux que tu étais resté hors de ma bénédiction. Mes mots sont trop faibles pour te dire combien aujourd'hui je me sens pitoyable d'avoir porté la main sur toi en ces temps anciens, alors que c'est de toi que j'aurais du prendre exemple parfois.

J'aurais très certainement bien d'autres repentances à accomplir à ton égard, mais parce que tu es à l'origine d'un peuple bon et généreux, je sais que tu as déjà pardonné tout le mauvais témoignage que j'ai été pour toi, fils d'Abraham, qui est aussi mon père adoptif dans la foi. A mesure que j'ai grandi, j'ai compris tout comme toi que notre Dieu est un Dieu Grand, lent à la colère qui ne veut pas la mort du méchant, et pardonne à celui qui se repent. Nous avons donc l'un et l'autre compris, comme L'Éternel le dit par la bouche du prophète Ézéchiel aux versets 21 et 22 du chapitre 18, que Si le méchant revient de tous les péchés qu'il a commis, s'il observe toutes mes lois et pratique la droiture et la justice, il vivra, il ne mourra pas. Toutes les transgressions qu'il a commises seront oubliées; il vivra, à cause de la justice qu'il a pratiquée. //

Ce Dieu qui a conclu une alliance avec toi en Horeb, et qui, comme il l'a dit dans le livre du Deutéronome au verset 9 du chapitre 7 : Sache donc que c'est l'Éternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu'à la millième génération envers ceux qui l'aiment et qui observent ses commandements. //

Si tu savais combien je te suis reconnaissante aujourd'hui de ne pas avoir toujours été un enfant sage et parfait, qui ne m'aurait laissé que le bon exemple, alors que je suis parfois si inconstante. Les fautes que tu as commises et dont souvent tu t'es repenti, ne m'ont pourtant pas empêchée de faire parfois pire que toi sans que je ne m'en repente moi-même.

Si je suis encore parfois encline à la critique envers toi, c'est qu'une part de moi-même, n'a pas encore totalement réalisé combien en Jésus-Christ, il y a pourtant d'avantages à s'aimer les uns les autres, au-delà de nos différences. Sans t'en faire le reproche, je crois d'ailleurs avoir remarqué un phénomène un peu identique en toi. Tu as certes vu s'accomplir de grandes choses par la main puissante de notre Dieu, sans pour autant toujours lui donné raison. Étant donné que la puissance d'Amour que j'ai reçu en Jésus-Christ, ne m'a pas non plus permis de faire mieux que toi, je serais bien la dernière à te le reprocher.

Longtemps je t'ai fait la guerre parce que tu n'as pas reçu Jésus comme fils de Dieu, alors qu'il avait dit lui-même en tant que prophète, " Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison ". Si tu l'avais reçu, c'est qu'il n'aurait pas même été prophète, alors une autre compréhension s'est alors faite en moi : Ce n'est pas nécessairement à cause de toi que le règne du " Tout Puissant " tarde, mais à cause de moi qu'il a voulu adopter également.

C'est pourquoi je ne veux plus te combattre, ni te critiquer, mais t'aimer. La puissance de l'Amour est également en toi, puisqu'elle est en notre Dieu qui t'aime.

Parce que nous avons été l'un et l'autre un bien mauvais témoignage de l'Amour divin, tout comme tu m'as privée du témoignage des œuvres de l'Éternel Dieu des Armées à la tête d'une nation, en ayant revendiqué un roi de nature humaine, je t'ai privé du témoignage d'Amour de Jésus-Christ son Fils bien Aimé, que j'aurai du manifesté si je n'avais pas si souvent donné raison à ma malheureuse nature humaine plutôt qu'à celle de Dieu qu'il m'a offert dès ma naissance.

Puisqu'il arrive un temps ou plus personne n'enseignera plus personne, comme il est écrit dans cette lettre que Simon, fils de Jonas t'adressa ainsi qu'à tous tes frères Hébreux et qui te dit au chapitre 8, versets 8 à 13 : Car c'est avec l'expression d'un blâme que le Seigneur dit à Israël : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte; Car ils n'ont pas persévéré dans mon alliance, et moi aussi je ne me suis pas soucié d'eux, dit le Seigneur.

Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Aucun n'enseignera plus son concitoyen, ni aucun son frère, en disant : Connais le Seigneur ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux; Parce que je pardonnerai leurs iniquités, et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés.

En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.//

C'est pourquoi aujourd'hui je me réjouis de voir tes enfants revenir de tous les lieux dans lesquels ils s'étaient trouvés dispersés, tel des fils délaissés de l'Éternel, et tu es redevenu un peuple. Dieu t’a restauré sous l'alliance de " La chair la guerre " dont les jours s'épuisent comme il en était au jour de Noé et par laquelle il nous a démontré nos limites et notre incapacité de nous conduire l'un et l'autre comme il nous le demandait.

C'était pour mieux nous faire entrer sous l'alliance du Saint-Esprit de Dieu que nous ressentons si fort chez toi, au dire de mes enfants qui un jour se sont rendus dans ton beau pays. L'Éternel ne veut pas te tenir éloigné de cette alliance de Paix qu'il veut mettre dans ton beau pays de Canaan, toi qui a payé si cher le tribut de la Gloire de Dieu.

Je suis heureuse que tu gardes dans une grande part de toi-même le souvenir de tes premières années en la compagnie de ton frère Ismaël, et de votre père Abraham. Je fais souvent moi-même la triste expérience des familles recomposées si difficiles à gérer, mais je sais que depuis longtemps notre Dieu commença de mettre ses lois dans ton cœur. Main dans la main je t’invite donc à ce que nous lui donnions ensemble raison, afin qu’il nous préserve d’une paix simplement humaine, dont le danger plane au-dessus de nous tous.

Dorénavant, tout comme j'ai pris la décision de ne plus critiquer mes différents frères chrétiens, même s'ils ne sont pas meilleurs que moi, et commettent encore parfois bien des erreurs en faisant la guerre à tes oncles et tantes, je réduirai au silence toute bouche qui s'élèvera en jugement contre toi.

C'est pourquoi mes plus chaleureuses prières vont à Jérusalem que je porte tout comme toi dans mon cœur.

Au travers de ce slogan que tu aimes tant, je t'apporte mon au revoir, et te propose de faire un bout de route ensemble vers la grande ville, " A l'année prochaine à Jérusalem ".


                                                                                                                      France

Début du chapitre

Cet ouvrage ne peut faire l'objet d'aucun commerce. Il est offert à titre gracieux et informateur pour toute adhésion à l'Association CHRÉTIENS DE L'ESPOIR, 2 Impasse Saint Jean, 26110 VINSOBRES - France.

Tél. (+33) 9 54 70 57 37 - Fax. (+33) 9 59 70 57 37 - chretiensdelespoir@free.fr - Siret N° 444 684 427 00016

Accueil du livre Suite du chapitre
Haut Suite du chapitre