Pour nous joindre, cliquez psyfr
Accueil

Pour nous contacter

L'Effet Boomerang

Nos thèmes scientifiques

Organes génitaux féminins

Notre but

La France et Dieu

Science et Foi

Aller sur notre blog

Lisez en musique

Autres thèmes spirituels

Toute vie naît de la connaissance

Sites amis

LA FRANCE ET DIEU

Suite du chapitre 8


Le Chemin des nations


4) Lettre de « France à Ismaël »



Si tu es le dernier auquel je m'adresse, c'est peut-être parce que tu as le plus souffert du rejet de tous tes frères, que tu aimais tant. Tu les aimais et tu m'aimes, car tu as aimé notre père Abraham, dont notre multitude est la preuve même de la confiance que nous pouvons accorder à l'Éternel. Il est le Dieu de la promesse, et tu es le premier à pouvoir en témoigner, puisque  tu es celui auquel il donna les puits en héritage. Au fil des siècles ces puits creusés dans la roche et parfois le désert où tu puisais ton eau se sont transformés en puits de pétrole, mais s'il en ressort toujours l'essor de ta vie, parce que ce n'est plus de l'eau que tu y puise, devrions-nous pour cela dire que ce ne sont pas des puits ?

Tout comme envers ton frère Isaac, j'ai pour toi une grande amitié et une repentance profonde de t'avoir si longtemps laissé croire que tu ne faisais pas parti de ma famille, alors que tu étais un premier né. Sous prétexte que tu es né d'une servante, devrais-je te tenir à l'écart de cette descendance, alors que je ne suis qu'une enfant adoptée ?

Je veux au contraire te félicité de ta persévérance auprès de ta maman Agar, et l'honneur que tu portes en elle, toi dont je ne suis pas forcément digne !

J'ai également pour toi, tes oncles et tes cousins, une profonde repentance en rapport au mauvais témoignage que je fus pour vous-tous voici si longtemps, comme je l'écris aujourd'hui à ton frère Isaac en ces temps appelés croisades, et il y a bien peu d'années au travers du comportement des colons nés de moi, qui se comportèrent parfois si mal à ton égard.

Je n'en fus pas toujours informée, c'est pourquoi je te félicite de ne pas m'en avoir tenu rigueur et d’avoir su sacrifier pour moi beaucoup de tes enfants sur l’autel des hostilités, que furent ces guerres appelées mondiales. Tu es un peuple valeureux et je te suis reconnaissante de venir me rendre visite encore aujourd'hui au travers de tes enfants exilés, même si certains des miens en sont les détracteurs.

Je te sais gré de ne pas entretenir de rancunes contre mes frères d'outre-Atlantique qui font la guerre à une part de ton peuple. C'est pour cela que je garde en moi l’espérance, que le chemin que nous avons parcouru ensemble ne te laissera pas d’indélébiles cicatrices, malgré toutes mes espiègleries d’antan.

Pour ma part j'en garde une langueur qui se confond en regrets, car nous étions un même peuple. Si nos chemins se sont éloignés un temps, c'était peut-être pour que tu sois libre de revenir vers moi de ton plein gré en tant que frère cette fois.

Je te bénis Ismaël, toi et ta descendance.

Que le souffle de notre Dieu soit sur toi et tous les tiens !




          FRANCE

Début du chapitre

Cet ouvrage ne peut faire l'objet d'aucun commerce. Il est offert à titre gracieux et informateur pour toute adhésion à l'Association CHRÉTIENS DE L'ESPOIR, 2 Impasse Saint Jean, 26110 VINSOBRES - France.

Tél. (+33) 9 54 70 57 37 - Fax. (+33) 9 59 70 57 37 - chretiensdelespoir@free.fr - Siret N° 444 684 427 00016

Accueil du livre Chapitre suivant
Haut Chapitre suivant