Pour nous joindre, cliquez psyfr
Accueil

Pour nous contacter

L'Effet Boomerang

Nos thèmes scientifiques

Organes génitaux féminins

Notre but

La France et Dieu

Science et Foi

Aller sur notre blog

Lisez en musique

Autres thèmes spirituels

Toute vie naît de la connaissance

Sites amis

Symbolique de la couverture du livre

«  LA FRANCE ET DIEU »

Accueil du livre Votre précédante page Lire le livre

En plus des détails décrits ci-dessous, dans la couverture se trouve une grande part des thèmes traités dans les écrits du livre.

C'est pourquoi nous retrouvons les symboles de la culture française et son "Cocorico", situé entre la culture américaine des rois des nations reçue de l'image anglaise et celle des Russes (ex URSS) où une égalité médiocre a prévalu en opposition à l'absolutisme tsariste.

Un danger couronne cependant toutes les nations, celui de donner raison à l'Antéchrist. L'équilibre humaniste Français, acquis tant charnellement que spirituellement au fil des siècles, se trouve donc être à la fois le pire des dangers et pourtant un reflet de l'équilibre voulu par Dieu. Ne nous y trompons pas, cet équilibre actuel nous vient de l'humanisme charnel et doit passer par une réelle sanctification de notre nation conduite par le Saint-Esprit de Dieu pour le rendre saint. Il reste cependant ce que beaucoup d'autres églises et nations déjà ancrées en Jésus-Christ doivent prendre comme tendance directrice.

Dieu permettra alors que les Français n'aient plus peur de l'image que beaucoup ont voulu leur donner de Dieu !

Cliquez sur les numéros pour lire les commentaires. Cliquez sur les numéros pour lire les commentaires
Haut Lire l'avant-propos Lire le premier chapitre



La Colombe de Paix représente le Saint-Esprit qui est seul capable d’apporter la couronne de lauriers à tout homme qui désire suivre Dieu au travers du Sacrifice de la Croix. La condition reste de le suivre de la même façon que les hébreux durent suivre la Colonne de Fumée le jour, et celle de Feu la nuit, afin de nous remettre en cause de nos dimensions charnelles auxquelles nous donnons si facilement raison plutôt qu’à l’Esprit Saint de Dieu. Nous le faisons en toute bonne foi, que nous soyons chrétiens ou non, car nous réagissons plus facilement aux préceptes nés de nos mémoires collectives, qu’à ceux nés de la Parole et de l’Esprit de Dieu en Jésus-Christ auquel nous disons pourtant appartenir… ?


Le soleil de Paix et de Vérité ne peut s’obtenir autrement qu’à la Croix. Les rivalités qui nous servent à justifier nos œuvres mortes doivent toutes venir à la Croix de Jésus si nous voulons que le Royaume de Dieu avance sur cette terre. C’est en condamnant les autres hommes et même nos frères que nous nous fermons nous-mêmes la Porte du Royaume des Cieux, car Jésus a Remporté la Victoire à la Croix afin que quiconque croit en Lui, ne périsse pas mais qu’il ait la Vie Éternelle.  


La France, située entre les valeurs fondamentales des États-Unis et de l’ex URSS, représente humainement un équilibre de société. Celui-ci s’est créé au fil des siècles, par des hommes qui recherchaient parfois la volonté de Dieu, mais étaient parfois anti-Dieu, comme je le fus, souvent à cause de la mauvaise image qu’ils avaient reçue de leurs souverains. Bien que sanglantes, les révolutions Françaises ne furent pas majoritairement dirigées contre Dieu, que le pouvoir royal représentait à ces différentes époques.  Pourvu que ce semblant « d’équilibre » qui a destitué la royauté humaine, ne soit pas à l’image humaniste des tièdes que Dieu vomira. Pourvu encore que nous nous tournions suffisamment vers Lui, afin que la bénédiction qui repose jusqu’à la millième génération sur les descendants de ceux qui suivirent Dieu, puisse nous être accordée.


Les États-Unis, nés majoritairement des us et coutumes anglaises ou irlandaises, ont progressés vers le flambeau et la grandeur que représentent  les lords anglais, pour le commun des mortels. Leurs nécessités de regroupement pour assurer un équilibre de survie face aux puissants états européens d’alors, les ont amenés, souvent avec l’aide de Dieu, à devenir la première puissance économique mondiale. Dans cette euphorie de la « jeunesse » à laquelle tout semble réussir pour toujours, on y retrouve malheureusement les présomptions humaines auxquelles il est si facile de donner raison, même si Dieu demande l’humilité à ses enfants. Quel est la personne qui se remet en cause dans la facilité?  Alors, Dieu accorde un temps avant de demander que l’arbre porte de bons fruits. Que personne donc, un tant soit peu sensé, ne vienne en condamnation des Etats-Unis à cause de leur mémoire collective charnelle !



Plus les monarchies autoproclamées de naissance divine sont restées primaires et tyranniques, plus elles ont créées des révolutions violentes et sanguinaires tournées contre Dieu considéré alors comme le fléau de l’humanité. Le tsarisme autocratique précédant la période communiste de l’ex URSS, est donc le parfait mauvais exemple, de ce que l’homme peut faire de plus médiocre sans Dieu. L’utopie dans laquelle l’équilibre du travail et des revenus était la base de la félicité humaine et dans laquelle toute forme de gouvernement n’aurai plus même son utilité, tant l’homme vivrai heureux et comblé, a démontré combien l’hérésie de celui qui veut construire son bonheur sans Dieu est grande.


Le coq, en tant qu’animal emblématique français, remonte à la chute de l’Empire romain et tire son origine du mot « Gallus » qui signifiait aussi bien « coq » que « Gaulois ». Il représente bien notre caractère stupide de révolutionnaire qui, par son cocorico, voudrait faire lever chacun dès son réveil. Sous prétexte de 1789, nous fanfaronnons souvent, nous prenant pour les exemples à suivre, alors que notre équilibre humaniste à l’esprit révolutionnaire trop étroit pour savoir négocier, peut nous conduire au plus grand désastre de notre histoire, celui de nous battre contre Dieu au profit de l’Antéchrist : Satan. L’image de la volonté de Dieu à laquelle nous donnons raison, est celle du Bon Samaritain ou du Pauvre Lazare, pourvu donc que nous sachions les vivre avec l’aide de Christ et non à notre propre gloire.



Tels des rois parmi les nations, les États-Unis donnent malheureusement trop souvent raison à leur excès d’abondance. Ils deviennent alors sur la terre envers les autres nations, l’image de Louis XVI qui préféra monter une coalition contre son propre peuple plutôt que de céder certains privilèges féodaux. Celui-ci fut d’autant plus répréhensible qu’il disposait de l’exemple Anglais qu’il combattait, tout comme aujourd’hui les États-Unis préfèrent conserver une première place au détriment de certains de leurs propres compatriotes, bien qu’ils disposent de l’exemple social Français. A cause d’un exemple assez mauvais, ils préfèrent faire pire, comme si Dieu les conduisait à cet égoïsme. L’image de Dieu qu’ils utilisent pour justifier leur erreur, est que Dieu donne la première place à ceux qui le suivent.



A vouloir bannir Dieu de tout esprit humain, auteur selon Karl Marx de toute misère humaine, ils se sont tous mis à la place de petits dieux, dans l’étroitesse de l’esprit humain. Les hommes conduits par leurs plus bas instincts, sont devenus leurs idoles auxquels ils ont élevé des statuts tel celle de Lénine sur la Place Rouge. Ils se sont prosternés devant, sans savoir que ces hommes n’étaient pas mus par une meilleur intégrité que la-leur. Parce qu’ils ont rabaissé Dieu à un niveau inférieur à celui de l’homme, ils ont voulu l’égalité pour tous, mais chacun à cherché à tirer profit de l’autre, car l’homme charnel ne fait pas le bien qu’il voudrait faire, mais fait le mal qu’il ne voudrait pas faire.  


Un danger couronne toutes les nations, et la France en particulier, celui de donner raison à l’Antéchrist qui vient sur le monde.

Notre « équilibre » social, est un bien piètre exemple de ce que Dieu veut établir pour la gestion de notre terre lorsqu’elle sera entièrement peuplée de ses enfants en Jésus-Christ. S’il présente l’avantage de démontrer que notre type de société est viable, afin que chacun puisse dire qu’il n’y a pas d’indigents dans la société de Dieu, il présente le risque énorme de nous voir nous tourner vers l’Antéchrist à l’heure précédant le Retour de Christ, cette fois ci Régnant, plutôt que vers Notre Libérateur. Nous devons donc crier à Dieu comme les Hébreux le firent dans le désert, car si nous sommes ceux qui ont le moins de changement à envisager pour vivre dans l’équilibre que Dieu veut instaurer sur cette terre, nous sommes ceux qui risquent le plus de donner raison à une paix humaniste, donc démoniaque.